Comprendre la baisse d’audition

La baisse d’audition est un phénomène inscrit dans nos gènes qui peut être accentué par notre trajectoire de vie, que nous ayons été surexposés au bruit, sujets à des otites à répétition ou que nous ayons subi les effets toxiques de certains médicaments. Au-delà des causes, il s’agit d’approcher cette mécanique des corps si singulière et savoir ce que vivre avec un appareil auditif veut dire…

Le son et la perte d’audition

Qu’est-ce qu’un son, comment classifier la perte d’audition ? Petit tour d’horizon pour comprendre en quelques mots.

Les sons sont des vibrations qui circulent dans l’air et sont transmis par le système auditif jusqu‘au cerveau qui les interprète. C’est ce qu’on appelle entendre. Les sons se caractérisent par leur intensité qui s’exprime :

  • en décibels (dB) sur une échelle de 0 à 120 (avec un risque pour l’audition dès 85 dB)
  • par leur fréquence, perceptible par l’oreille humaine dans une fourchette comprise entre 20 et 20 000 hertz (Hz). Plus la fréquence est basse, plus le son est grave, et bien évidemment plus elle est élevée, plus le son est aigu. Avec l’âge, les sons les plus aigus s’estompent les premiers et cela progressivement dès 30 ans ! Au-delà de 50 ans il devient plus exceptionnel d’entendre des fréquences au-delà de 12 000 Hz.

La déficience auditive est qualifiée de :

  • Légère : la perte d’audition est comprise entre 21 et 40 dB : une conversation à voix basse, des sons faibles et lointains sont difficilement perçus.
  • Moyenne : la perte d’audition est comprise entre 41 et 50 dB (1er degré) : on ressent le besoin de monter le niveau sonore, et si on peut entendre son interlocuteur, on le comprend mal ; ou 51 et 70 dB (2ème degré) on comprend mieux son interlocuteur en le regardant de face, de nombreux bruits familiers ont disparu.
  • Sévère : la perte d’audition est comprise entre 71 et 90 dB : L’oreille ne capte plus que les sons élevés et les voix proches.
  • Profonde : la perte d’audition est supérieure à 91 dB. On ne peut plus entendre la parole et seuls les bruits très puissants peuvent être perçus sans pouvoir être reconnus ou identifiés.

La nature de la déficience auditive est dite :

  • De transmission lorsque l’oreille moyenne (ou externe) est atteinte. Les indications de l’ORL sont soit la chirurgie soit l’appareillage auditif.
  • De perception lorsque l’oreille interne est touchée. L’appareil auditif est de rigueur.
  • Mixte lorsque les deux cas précédents se combinent.

Le mécanisme de l’audition

L’oreille en tandem avec le cerveau est l’organe qui nous permet de traiter l’information sonore provenant de notre environnement, autrement dit d’entendre et surtout de comprendre. Ouvrez l’œil pour en saisir le processus…

En tant que récepteur, l’oreille capte les sons, les analyse puis les transforme en impulsions nerveuses que le cerveau interprète. 20 millièmes de secondes suffisent pour accomplir ce trajet qu’on peut détailler en deux étapes principales :

  1. Les ondes des sons parcourent successivement

  • L’oreille externe
    Le pavillon, partie visible de l’oreille, concentre le son dans le conduit auditif externe.Le son vient alors frapper la membrane du tympan qui se met à vibrer.
  • L’oreille moyenne
    Derrière la membrane du tympan, les vibrations sont amplifiées dans une cavité qui agit comme une caisse de résonnance et met en mouvement une chaîne de trois os minuscules (les plus petits du corps humain) : le marteau, l’enclume et l’étrier. Ce dernier contrôle l’accès à l’oreille interne. Les anomalies de l’oreille moyenne peuvent causer une surdité dite de transmission dont le traitement ORL est le plus souvent chirurgical.
  • L’oreille interne
    Les vibrations deviennent des remous au contact du liquide de l’oreille interne. Ces remous parcourent la cochlée en forme de limaçon tapissée par des cellules ciliées. A leur contact, ils se transforment en impulsions électriques acheminées au cerveau par le nerf auditif. L’altération ou la disparition des cellules ciliées ou un nerf auditif dégradé entraînent une surdité de perception. Un appareil auditif peut alors être prescrit pour compenser ce déficit d’audition.
  1. Le cerveau interprète le message délivré par l’oreille

  • Une fois au cerveau, l’influx nerveux est traité par différentes sphères qui lui restituent un sens : mots, musique, bruit, repère, alerte…

 

schema_oreille

Légende :

L’oreille externe  
1/ Le pavillon est la partie visible de l’oreille. Sa forme sert à capter les sons.

2/ Le conduit auditif externe recueille les sons collectés par le pavillon.
3/ Le tympan ( membrane tympanique)  est une fine membrane que les sons font vibrer.


L’oreille moyenne

4/ La caisse du tympan contient des osselets (le marteau, l’enclume et l’étrier) que les vibrations du tympan amplifiées par la caisse de résonance font bouger.
5/ La trompe d’Eustache est le conduit qui permet d’aérer l’oreille moyenne grâce à une communication avec le pharynx. 


L’oreille interne

6/ Le vestibule (nerf verstibulaire) joue un rôle déterminant dans l’équilibre. 
7/ La cochlée (nerf cochelaire) en forme de limaçon contient un liquide qui se déplace sous l’effet du son. A l’intérieur, l’organe de Corti transforme le mouvement en impulsion électrique.  
8/ Le nerf auditif (l’ensemble des nerfs)transmet le message électrique à différentes sphères du cerveau qui décode et nous permet d’entendre et comprendre les sons venus de l’extérieur.


Suivez - nous